Comment faire en cas de suspicion d’erreur de carburant ?

Tout le monde peut faire une erreur de carburant. Les raisons en sont multiples : négligence, voitures neuves, voitures de location… Outre le stress et les désagréments qu’un tel événement peut engendrer, d’autres questions se posent immédiatement : faut-il faire la vidange ? Si oui, avec qui ? Voyons comment réagir lorsqu’une erreur de carburant se produit et comment se protéger efficacement contre ce risque.

Des conséquences différentes pour des erreurs différentes !

Faire le plein de mauvais carburant est une erreur, surtout si vous avez récemment changé de véhicule ou si vous en avez loué un. En d’autres termes, lorsque vous rompez avec vos habitudes. Les conséquences de cette action sont différentes selon le type de voiture et de carburant.

Vous mettez de l’essence dans une voiture diesel

Il s’agit de la défaillance la plus grave et la plus courante. Le taux d’essence maximum autorisé est de 15% en hiver, 10% le reste du temps et 3% pour les nouveaux véhicules diesel à rampe commune (HDi, DCi, etc.). Vous pouvez  en savoir plus ici : sur un moteur diesel, l’essence sans grain agit comme un abrasif et altère le système d’aide à l’injection. Au-delà de ces seuils, le moteur commence à hoqueter et à faire du bruit. Il faut donc le rincer.

Vous mettez du diesel dans une voiture à essence non catalysée

Si vous mettez moins de 10 % de diesel dans votre voiture, elle fumera et rotera, mais elle roulera. Cependant, au-delà de ce taux, vous devez vidanger. Notez que l’erreur de carburant dans les voitures à essence catalysées est techniquement impossible en raison du diamètre plus petit des trous de remplissage. Par conséquent, le pistolet à gazole ne peut pas entrer.

Autres erreurs de carburant !

Si vous avez utilisé du sans plomb 95 sur votre ancienne voiture à essence, ajoutez du sans plomb 98 dès que possible pour compenser, vous pouvez continuer à conduire en toute sécurité, mais ne reproduisez pas les étourdissements.

Précautions prises

Si vous êtes conscient de votre risque d’une erreur de carburant, ne démarrez pas la voiture même si la quantité de carburant introduite ne dépasse pas un seuil critique. Poussez la pompe de dégagement du véhicule et contactez le service après-vente pour le vidanger. Toutefois, si vous vous rendez compte de votre erreur en sortant de la station-service, notamment à cause du bruit du moteur, arrêtez-vous dès que possible et ne redémarrez pas votre voiture. De nombreuses stations-service disposent d’un service de vidange d’huile. Cela vous coûtera le prix d’un bidon plein et une heure ou deux de travail. Cependant, en raison des risques de manipulation, il est préférable d’appeler un mécanicien car les mélanges essence/diesel sont hautement inflammables.

Faire appel à votre dépanneur

Si l’erreur est détectée rapidement sans endommager le moteur, la réparation sera effectuée rapidement et ne vous coûtera qu’une vidange et la main d’œuvre. En revanche, si les dégâts sont plus importants, les réparations peuvent coûter des centaines d’euros ou plus. En fonction de votre contrat d’assistance technique, vous pouvez faire venir rapidement un réparateur professionnel à votre porte pour vous aider ou, si nécessaire, vous transporter dans un garage où les réparations peuvent être effectuées. Toutefois, les frais de carburant et d’entretien restent à votre charge.

Mauvais carburant : vérifiez que vous êtes couvert !

Existe-t-il une couverture d’assurance en cas d’erreur de carburant ? Comme vous pouvez l’imaginer, tout dépend du contrat lui-même, des garanties prises et de leurs conditions. La couverture d’assurance pour les conséquences d’une erreur de carburant n’est en aucun cas automatique. Toutefois, certains assureurs automobiles peuvent en faire un élément essentiel de leur offre de prime (couverture intermédiaire ou complète). Pour être couvert, l’assuré doit disposer d’une garantie d’assistance, généralement facultative (garantie panne, assistance 0 ou 30 km, etc.). Toutes les garanties d’assistance du marché ont leurs propres conditions en termes de sinistres couverts, de services rendus ou de frais pris en charge. En matière d’erreur de carburant, l’assureur peut en principe prendre en charge (jusqu’à un certain montant) :

  • Les frais de remorquage/traction ;
  • Les frais de main d’œuvre pour les vidanges d’huile.
Autoradio Android : comment connecter votre portable ?
L’évolution de la voiture au fil de l’Histoire